20 mars 2020

Journal de confinement

 

Dans la nuit, sur le quai on entend un homme en voiture croiser une connaissance qui lui dit « t’as tes papiers ? » l’autre répond en rigolant « le papier cul oui ! ».

Le confinement ça fait se poser de drôles de questions…

Avec tout le riz qui va être consommé, on devrait pas stocker des pruneaux ?

Vous croyez que si on achète une boîte de mouchoirs au magasin on se fait regarder de travers ?

Vous trouvez pas qu’on reçoit moins de pub par mail ?

Aujourd’hui c’est le printemps, c’est un temps à sortir ma jupe beige à paillettes et ma capeline noire à fleurs. En sortant de la salle de bain, je me demande.. vous continuez à mettre du parfum pendant le confinement ? Je trouve que c’est un bon test psy pour savoir si on s’apprête pour soi ou pas, on a même plus besoin d’acheter Cosmopolitan !

Sur le toit terrasse de l’immeuble je croise un peu de résilience sur un mur pendant que Marianne s’entraîne dans son gym-naze.

Aujourd’hui les plages du littoral ont été interdite d’accès ainsi que la plage de Ferrières et les rives de l’étang de berre. Ça va devenir compliqué quand on sait que Martigues c’est quand même une ville sur l’eau…

Pendant ce temps Netflix et YouTube réduisent leurs débits parce qu’on risque de saturer internet… Est-ce qu’on finira tous plus fous qu’on ne l’est déjà ?

Hier soir on a écouté 5 chansons de la Compagnie Créole… ça commence comme ça ?

Pour contrer cette descente aux enfers, Marianne travaille la guitare, « Where is my mind ? ».

Aujourd’hui c’est vendredi et j’voudrais bien qu’on m’aime… le premier vendredi où on est confinés… déjà la fermeture des bars la semaine dernière ça avait mis un coup, mais à l’heure où je vous écrit c’est la fin de la semaine et il va falloir se résoudre à faire un apéro Skype ou à passer la tête par sa fenêtre à 20h pour l’ouverture des apéros-balcon.

Ici ça va être compliqué, hier depuis mon balcon j’ai entendu mon voisin du dessous dire à sa femme de pas rester à la fenêtre…

Dans le quartier de l’île à Martigues vous pouvez vous offrir une soirée pizza ou indienne, La pizzeria des cocotiers livre à domicile et le nouveau restaurant indien, le Taj Mahal également, bien sûr chacun suit les règles de sécurité nécessaire afin que personne ne prenne de risques.

C’est vendredi, les parisiens ont envie de partir en week-end et je regarde ça hallucinée… ok je pourrais avoir un peu de compassion car j’ai la chance de vivre dans le sud, au bord de l’eau… mais non… je vais pas les plaindre, depuis le début ils ont une attitude irresponsable, c’est très parisien.

Devant chez Optic Mezard quelqu’un vient régler un problème de lunettes, un petit atelier d’opticien est installé devant la boutique… et ouais, comment on fait si on casse ses lunettes ?…

On pense à l’Alinéa qui a du fermer ses portes… alors en attendant il reste la boîte à livre du jardin de Ferrières pour ceux qui voudraient échanger leurs lectures. Pensez à désinfecter les livres tout de même, on ne sait jamais…

Je passe devant la boutique de beaux-arts Regards, et je pense à Nelly qui tous les jours propose des cours de dessin en live sur Facebook. Toutes ces initiatives c’est vraiment chouette, nombreux sont ceux qui offrent de leur temps.

Au tabac on doit respecter les distances, il y a des marques au sol qui donnent les instructions à suivre. Il paraît que les flics viennent de mettre 135 euros d’amende à quelqu’un au bout du pont.

Avant de rentrer je croise des oiseaux sur un arbre déplumé, je pense à mes plantations sur mon balcon… j’ai du terreau mais pas de graines, pas cool.

Anna Bambou